article PG 80 26 4 14

 

Le Parti de Gauche de la Somme (PG 80), département où fut exécuté le chevalier de La Barre, au XVIIIe siècle, pour ne pas avoir salué une procession religieuse et où le combat pour la laïcité est encré et vivace, s’insurge de la participation du Premier ministre, demain, à la canonisation de papes ! (dont un, faut-il le rappeler et sans être exhaustif, soutenait Pinochet…) . Il porte donc ici à connaissance l’analyse du responsable national du PG à la commission Laïcité, tout en constatant qu’une fois de plus, ce gouvernement calamiteux collectionne les capitulations et les trahisons ! :

« Et une de plus ! En se rendant à la canonisation de Jean XXIII et Jean-Paul II le 27 avril prochain au Vatican, Manuel Valls ajoute la laïcité républicaine à la liste déjà bien fournie des valeurs de gauche trahies par son gouvernement.

Hier, le PS n’avait pas de mots assez durs pour fustiger les atteintes à la laïcité commises à l’époque de Sarkozy, dénonçant, à juste titre, une décision « choquante » quand Fillon s’était rendu au Vatican pour assister à la béatification des deux anciens papes en 2011. On attend que le PS nous explique pourquoi une même agression contre la République laïque est « choquante » avec Sarkozy, mais justifiée avec Valls…

Car, au PS, les indignations sont décidément sélectives. Au mois de janvier dernier, Valls prétendait combattre « la montée des identités, des communautarismes dans les quartiers populaires ». Monsieur Valls, la laïcité n’est pas à géométrie variable ! C’est bien joli de jouer les matamores, mais on attend aussi d’un représentant de la République laïque qu’il ait la dignité de respecter le principe de séparation des Eglises et de l’Etat !

En fait, le projet réel de Valls pour contourner la laïcité républicaine est de construire l’Europe des cultes et du communautarisme. Voilà pourquoi le PS soutient la candidature à la présidence de la Commission européenne de Martin Schulz, celui-là même qui invitait en octobre dernier le pape à venir porter la bonne parole au Parlement européen. Qu’adviendrait-il du droit à l’interruption volontaire de grossesse ou au mariage pour tous dans une Europe livrée au lobby clérical ?

Pour dire « non » à tous ces retours en arrière, et pour défendre la laïcité républicaine, le 25 mai, choisissons le vote Front de gauche ! »

Josiane GASPARINI membre du Bureau National du Parti de Gauche, responsable de la commission laïcité (26/4/2014)

Cliquez ici pour l’article d’origine