M V

 

Le voyage officiel à Rome du premier ministre représentant la France pour une manifestation religieuse, fut-elle la canonisation de deux papes est pour le moins inopportune. De plus, ce déplacement de Manuel Valls relèverait presque du pèlerinage puisqu’il s’agit de son deuxième voyage en deux ans à Rome ! Certes, un hebdomadaire « bien informé » nous révèle que notre premier ministre aurait perdu la foi dans sa prime jeunesse… Alors, peut-être ne s’agit-il au cours de ce voyage que de retrouver la « foi du charbonnier » en allant brûler un cierge à Saint Pierre  et faire un vœu : la réussite de son action au gouvernement !

Vu sous cet angle, la chose pourrait être plaisante si Manuel Valls n’était pas le premier ministre de notre  République laïque. La Séparation de l’Eglise et de l’Etat est en vigueur depuis l’adoption de la loi de juillet 1905. Il ne peut donc y avoir de voyage officiel au Vatican pour une manifestation religieuse sans faire une entorse sérieuse à cette loi fondamentale… Dès 1850, le républicain Victor Hugo s’exprimait ainsi : « l’Eglise chez elle et l’Etat chez lui ».Victor Hugo était croyant mais aussi libre penseur comme son oeuvre et son action politique peuvent en témoigner.

Plus proche de nous, sous la Vème République, notre loi commune a été respectée par Charles De Gaulle, Georges Pompidou et François Mitterrand qui n’ont pas fait de voyage « officiel » à Rome (contrairement à Valéry Giscard d’Estaing et Nicolas Sarkozy, lequel s’est distingué avec son discours de Latran…).

Victor Hugo défendait la liberté absolue de conscience, c’est-à-dire pour chacun, chaque citoyen, le droit de croire ou de ne pas croire. Pour aller dans le même sens, dans son Dictionnaire amoureux de la Laïcité, le philosophe Henri Pena Ruiz précise : « Dans une République laïque, il y a de la place pour tout le monde :les divers croyants, les athées, les agnostiques, les libres penseurs…l’Etat s’interdit d’imposer ou de privilégier une croyance particulière… ». Cela méritait d’être dit. Oui, défendre  la Laïcité avec force et vigueur, c’est défendre notre République.

Raymond Défossé