IMG_20170430_100624_editIMG_20170429_103156_editIMG_20170429_125607IMG_20170429_125559

 

Le 29 avril 2017 se tenait le Conseil National (CN) du Parti de Gauche (PG), composante engagée depuis le début dans la France Insoumise (FI). Le PG 80 y était représenté.

Une déclaration a été votée à l’unanimité :

  • Concernant la présidentielle, qui s’achève le 7 mai prochain, elle appelle à voter pour le second tour d’une part, et bien évidemment à ne pas donner une seule voix au FN (retrouvez l’intégralité de la déclaration en cliquant ici). Il fut souligné que les raisons pour lesquelles nous avons raté la marche du second tour sont essentiellement hexogènes. Chacun a en mémoire qui a œuvré, de façon crescendo à mesure que le 1er tour approchait, pour empêcher la révolution citoyenne par les urnes. Nous n’avons pas à rougir, quant à nous, du travail accompli ! Dans de nombreuses villes, le retour au vote de populations délaissées par les politiques libérales traduit de leur part un regain d’intérêt nécessaire pour la chose publique. La France Insoumise est la solution positive dans les urnes pour des lendemains meilleurs. Beaucoup l’ont compris, et il nous faut continuer à fédérer le peuple sur un contenu programmatique.

Bien entendu, le PG appelle à défiler massivement ce 1er mai, à marteler l’urgence de défendre le camp des travailleurs, du progrès social et les valeurs de tolérance et de démocratie.

  • Concernant la suite, qui commence dès le 8 mai, elle appelle à la poursuite de la dynamique de la France Insoumise qui demeure l’outil indispensable à la révolution citoyenne et devient le cœur de la recomposition politique des forces émancipatrices.

En ce sens les élections législatives offrent une chance de modifier la donne. Le second tour de dimanche n’est pas celui que la majorité des citoyens attendaient (le total des voix des 2 qualifié n’atteint même pas 47 %). Les législatives constituent véritablement un troisième tour et, à l’aune des scores obtenus lors de la Présidentielle par FI (19,56 %) qui, loin de constituer un plafond, représentent un socle sur lequel s’appuyer, il est tout à fait envisageable d’obtenir de nombreux élus au palais bourbon. Nous avons l’outil (France Insoumise), le programme (l’Avenir en commun), les candidat-e-s (elles/ils seront bientôt présentés en ligne sur la plateforme internet qui a servi pour la présidentielle) et les objectifs : fédérer le peuple et obtenir une majorité à l’Assemblée Nationale en juin 2017.

  • Discussion

Il est apparu que dans plusieurs circonscriptions de l’hexagone, ce qui s’apparentait à des tentatives « d’empêchement » émergeait ça et là, au motif d’alliances nécessaires pour gagner… . Assez d’amateurisme ! Assez d’enfumage ! Assez des vieilles recettes ! De où parlons nous ? Des presque 20 % obtenus le 23 avril et bien davantage encore dans de très nombreuses circonscriptions (dont plusieurs dans le département de la Somme). Cela nous oblige en matière de responsabilité ! Il est urgent que certain-e-s ne s’égarent pas dans l’illusion du rassemblement de circonstance en additionnant des logos, ce qui revient à faire de la vieille politicaillerie et s’apparente davantage à une aspiration identitaire qu’unitaire ! Il est d’ailleurs « caustique » de voir aujourd’hui s’agiter les thuriféraires de « la dynamique-de-rassemblement-à-gauche » lorsqu’on constate que parmi eux figurent une partie de ceux qui ont tout fait pour plomber la campagne de Jean-Luc Mélenchon…

Rappelons, à toute fin utile, que l’accès au second tour est conditionné par 2 impératifs : arriver dans les 2 premiers ou faire au-delà de 12,5 % … des inscrits ! France Insoumise (FI) se voit qualifiée dans 38 départements pour le second tour des législatives à proportion des résultats obtenus le 23 avril ! Tout espoir est permis, pour peu que l’on ne retombe pas dans les bassesses claniques et les particularismes, et à condition que l’on maintienne la dimension exigeante qu’a su donner la campagne nationale du cycle de la présidentielle.

Nous savons qu’au niveau national, une rencontre aura encore lieu demain, mardi 2 mai, entre plusieurs composantes de FI (dont le PG et le PCF). Car ces législatives sont des élections nationales. Et tout accord se fera, le cas échéant, au niveau national. Aucune place ne sera laissée aux tambouilles locales. Ces législatives sont la continuité de l’étape « présidentielle 2017 » et rien ne doit obérer la dynamique qui a été mise en place.

En cas de victoire et de majorité le 18 juin 2017 à l’Assemblée Nationale, France Insoumise rouvrirait le champ des possibles. Ne gâchons pas cette chance de jours heureux et de gout du bonheur.

 

V. Bawedin

CN - PG Somme