12430851

Editorial du Parti de Gauche

(Paris, 10 mai 2017)

 

Le second tour de la présidentielle se termine enfin. Le Pen a été battue et nous nous en réjouissons. Le peuple a massivement rejeté le FN, que ce soit en utilisant le bulletin de vote Macron, l’abstention ou les bulletins blancs et nuls. Néanmoins, l’extrême droite enregistre son plus fort score jamais atteint, se nourrissant du terreau d’un quinquennat de Hollande le plus désastreux de la 5e République. Macron est élu Président mais n’en reste pas moins minoritaire politiquement dans le pays. Plus de 34% des inscrits ont fait le choix d’un bulletin blanc, nul ou de l’abstention qui a atteint un niveau record inégalé depuis 1969. Le peuple a refusé de se soumettre à l’injonction du nouveau Président d’adhérer à son programme. Le nouveau monarque, depuis la cour du Louvre, ne préside qu’une 5ème République totalement à l’agonie. 

Les élections législatives des 11 et 18 juin incarnent le 3ème tour de ces élections présidentielles. Tandis que le mouvement « En Marche » va tenter de « macroniser » la vieille scène politique, en recyclant les anciens ministres de la Chriraquie et du Hollandisme, l’aspiration à « une assemblée 100% renouvelable » comme le scandaient des insoumis lors de la manifestation du 1er mai est à réaliser. Ni les partis traditionnels PS - balayé dès le 1er tour - et LR, ni le FN ne sont en capacité de construire une force politique majoritaire dans le pays. Pour En Marche, malgré un président élu, la tâche sera très difficile. Le débat affligeant d’entre deux tours a montré s’il en était besoin leur incapacité à fédérer le peuple. Leur désintérêt total pour l’enjeu écologique et donc pour l’intérêt général humain le révèle. Le nouveau Président ne sort pas de cette élection avec une majorité politique dans le pays pour organiser sa guerre sociale contre le code du travail comme il l’a promise à coup d’ordonnances, contre les droits des chômeurs ni contre notre système de retraites. Et le parti des haineux a démontré son incapacité à être l’opposition au pouvoir des riches, il n’en est que le marchepied, utile à la pérennisation du système oligarchique.

Après la majorité pour battre Le Pen, construisons une majorité pour l’Avenir en commun.

La force du peuple qui s’est levée avec les 7 millions d’électrices et d’électeurs pour la candidature de Jean Luc Mélenchon, qui était à 620 000 voix de la qualification du second tour doit se fixer les plus grandes ambitions aux législatives : devenir majoritaire. C’est possible. C’est un vote d’adhésion qui a mis en tête Jean-Luc Mélenchon dans 7 départements, 61 circonscriptions et en deuxième place dans 167 circonscriptions. Dans 451 circonscriptions, nos scores dépassent les 12,5% des inscrits nécessaires pour participer à un second tour lors des législatives. Nous devons poursuivre la grande et noble tâche engagée avec succès depuis le début de la campagne présidentielle : fédérer le peuple et arracher, comme nous avons commencé à le faire, une partie croissante de l’électorat à l’abstention et même la tentation du vote FN. La crise profonde qui traverse le pays, qui s’est illustrée par la volonté de dégager les deux partis qui se partageaient le pouvoir depuis des décennies, nous impose de lui donner un contenu à la fois de rupture et d’espoir. Nous devons être plus que jamais une issue pacifique.

La révolution citoyenne engagée doit se poursuivre autour du même programme, de la même stratégie et des mêmes méthodes. Bien sûr, les injonctions à l’unité ont recommencé à carillonner comme si le retour au cartel de partis et aux alliances sans véritable contenu pouvait provoquer autre chose que du rejet. La force de la France Insoumise depuis sa création il y a un peu plus d’une année, c’est précisément le choix de fédérer le peuple autour de contenus programmatiques et d’une campagne mouvement citoyen inédite. Le Parti de Gauche avait dès janvier 2016 fait le choix d’une telle stratégie et méthode de campagne. Plus que jamais, elle est à poursuivre pour les législatives.

Poursuivons la bataille des consciences pour la constituante, la planification écologique, la redistribution des richesses et l’indépendance de la France pour la paix. Ne renonçons à rien ! Le goût du bonheur reste contagieux. Nous étions proches de la victoire au 1er tour, ayons l’objectif de l’attendre au 3ème !