EELV Européennes

A l’initiative de mouvements associatifs et de citoyens locaux, un rassemblement se tenait à Villers-Cotterêts (Aisne) pour poursuivre la mémoire de l’abolition de l’esclavage (voir ici pour + d’infos). L’esclavage est jugé crime contre l’Humanité depuis la loi Taubira de 2001. Mais dans cette ville où est enterré le Général Dumas, père d’Alexandre, né esclave à Saint-Domingue, le nouveau Maire FN a refusé de poursuivre cette commémoration, alors que depuis 2006, l’Etat, la commune et l’association des « amis du général Dumas » et des citoyens célébraient cette journée nationale du 10 mai.

C’est pour palier à ce scandale et poursuivre la commémoration qu’a eu lieu cette initiative. Mais d’autres ont préféré voir le scandale ailleurs. Ainsi, dans l’article du Courrier Picard du 11 mai 2014 (cliquez ici), on apprend que Pascal Durand (EELV), tête de liste en Ile de France pour les européennes du 25 mai, s’est insurgé sur place que Karima Delli (tête de liste EELV dans le Nord-Ouest), « seule femme élue », n’ait pas pu prendre la parole. Voulait-t-il mettre en exergue une discrimination plus qu’une autre ? Quelle outrance ! Est-ce à dire qu’EELV avait choisi de faire de cette journée de commémoration une tribune ? Cela y ressemble fort. L’écrivain réalisateur Claude Ribbe, Président de l’« association des amis du Général Dumas » et co-organisateur de cette manifestation, a d’ailleurs pu préciser que cette cérémonie était associative et locale. La décence fait que beaucoup de partis qui la soutenaient n’en ont pas fait de gorges chaudes et n’ont pas cherché à la récupérer. Sauf EELV…