ds7te-CNRR_Bandeau

 

Le PG de la Somme vous transmet ici le communiqué du CNRR 80 :

" Peu à peu, chacun comprend que ce que le gouvernement veut faire subir à la SNCF le concerne, que tout le monde est concerné !

Alors que l’on apprend que la France est devenue championne du monde en matière de versements de dividendes mirobolants aux actionnaires, grâce à un rapport d’Oxfam au nom sans équivoque (CAC 40 : des profits sans partage*), le gouvernement des riches poursuit sa politique de ponctions des plus faibles (étudiants, retraités, précaires…) et de casse du modèle social de solidarité issu du Conseil National de la Résistance (CNR). Mais il le fait dans une atmosphère de résistance de plus en plus forte, et qui n’est pas prête de faiblir ! Notre objectif reste le même : défaire ce gouvernement et sa politique, en bloquant le pays si nécessaire.

L’exemple d’Air France, où 80 % des salariés – cadres compris – ont participé au vote exprimant une large défiance vis-à-vis du PDG soutenu par le gouvernement, est révélateur de la prise de conscience que les propositions de ce gouvernement, qui exclut l’humain de toutes ses préoccupations, ne sont pas acceptables.

La grève des cheminots continue de tenir. Peu à peu chacun comprend que ce que le gouvernement veut faire subir à la SNCF le concerne, que tout le monde est concerné ! Les travailleurs de ce pays ne veulent pas de la casse du secteur public ferroviaire comme ils ne veulent pas de la suppression du statut de fonctionnaire… Si la suppression du statut de cheminot passe, c’est la voie ouverte à la liquidation des garanties collectives de tous ! La journée du 5 mai à Paris, où environ 100 000 personnes ont défilé pour faire « la fête à Macron », montre que ce n’est qu’un début. Pointent les rendez-vous des 22 et 26 mai. Et d’autres à venir…

 

Conférence de presse du CNRR 80 le 23 mai à 14h30 (salle Dewailly – Amiens), fête & débats autour de MAI 68 le 10 juin dès 11h00 (salle Tour du Marais – Amiens) :

Aujourd’hui, nous pouvons l’annoncer : nous disposons d’un site internet (cliquez ici !) qui traduit l’expansion de comités locaux sur tout le territoire, et bien évidemment dans la Somme ! Vous y (re)trouverez notamment les 2 premières Feuilles de liaison du comité 80 : avril 2018 (cliquez là& mai 2018 (cliquez ici), ainsi que les comptes-rendus d’activités et prochains rendez-vous tant en régions qu’à Paris.

Ce travail militant de terrain s’est fait dès 2017, de façon concertée, via de multiples réunions à Paris et en Province, pas à pas. De façon réfléchie, prospective et déterminée. Avec des objectifs clairs :

- informer sur la violence de la politique gouvernementale et sur la réalité des luttes en cours,

- déterminer le fil directeur rassemblant les causes défendues (il s’agit, évidemment, de l’obéissance coupable et zélée du gouvernementà la politique ordolibérale imposée par l’UE),

- agir pour aider à l’unité des travailleurs avec leurs organisations pour bloquer les contre-réformes du gouvernement,

- défaire ce gouvernement et sa politique !

Le Comité National de Reconquête et de Résistance (CNRR), des acquis arrachés en 1936 et 1945, rassemble les militants syndicalistes qui luttent au quotidien (cheminots, étudiants, retraités, chômeurs, enseignants, travailleurs en EHPAD, salariés d’entreprises - Goodyear, Simply Market… -), des militants politiques (La France Insoumise, PCF, PG, POI…), des citoyens engagés dans la lutte qui défendent aussi le service public, la démocratie, l’indivisibilité de la République, les salariés, et se battent contre la société inégalitaire et régressive qu’impose brutalement ce gouvernement.

Le CNRR agit contre une société dont l’unique moteur serait le fric pour quelques-uns au détriment du plus grand nombre.

Une société qui supprime les acquis obtenus après de nombreuses années de luttes pour les travailleurs (congés payés – le gouvernement parle d’une nouvelle journée de « solidarité » travaillée…  –, retraite à 60 ans, droit du travail et protection des salariés, solidarité – le gouvernement s’apprête à détruire le système de la sécurité sociale –). Des acquis qui, pourtant, traduisent qu’une société a, à une époque pas si lointaine, choisi le progrès. En voulant annihiler ces acquis émancipateurs, le gouvernement opte pour la régression. Pour des motifs qui sont d’ailleurs totalement mensongers ! Ceux du soi-disant « manque de moyens » …  censés justifier toutes les casses brutales (code du travail, SNCF, retraites, solidarité, santé, universités…) amorcées ou amplifiées depuis 2017. Alors que chacun sait (ou devrait savoir) que les richesses dans ce pays n’ont jamais été aussi florissantes pour ceux qui les captent voire les confisquent… ainsi la fraude fiscale, encouragée par Macron (suppression de l’Exit Tax… rendue publique le jour de la fête des travailleurs) fait perdre à l’Etat, donc aux concitoyen-ne-s (écoles, crèches, transports, santé…) plus de 80 milliards d’€ !

Que cet argent soit rendu ! Qu’on en finisse avec ce pouvoir fait au mieux d’incapables, au pire de menteurs qui ajoutent le cynisme à l’arrogance !

Ce gouvernement assume cette régression, mais, par des artifices de communication, il cherche à la faire passer pour de la « modernité » ! Alors qu’il s’agit en réalité d’un retour avant le programme du Conseil National de La Résistance (1945), basé sur l’émancipation et la solidarité, alors que le pays était en ruine, y compris financièrement.

Voilà ce que nous devons dire, marteler et malheureusement encore faire connaitre, eu égard au « lavage de cerveaux » auquel s’emploient les médias aux ordres. Voilà une partie de notre combat.

Ce sera le but de notre Conférence de presse publique qui se tiendra à Amiens (salle Dewailly), au lendemain du mouvement du 22 mai : rendez-vous donc le 23 mai à 14h30, salle Dewailly à Amiens !

Ce sera aussi l’occasion d’y revenir, de façon plus festive, le 10 juin.

Une réunion nationale des Comités CNRR aura lieu le samedi 23 juin à Paris. Et bien entendu, n’oubliez pas la marée populaire du 26 mai prochain (cliquez ici).

Rejoignez le CNRR et ensemble, ne lâchons rien… "

Amiens, le 16 mai 2018,

la Délégation Permanente du CNRR 80 (suite à la réunion plénière du 14 mai 2018)

 

* Le rapport rappelle que les groupes du CAC 40 ne reversent que 5,3 % des bénéfices à leurs salariés, et seulement 27,3 % au réinvestissement. C’est-à-dire que plus des deux tiers (67,4 %) vont dans la poche des actionnaires ! (+ d’infos : cliquez ici).